Posted on

by

in

Confrontation de la douceur

La virilité n’est pas l’anti-douceur
Elle est force et vigueur
« Grrr pourquoi s’encombrer de cette nuance
Ça ressemble à la même danse

Ce qui est doux est féminin donc ce qui ne l’est pas est masculin
C’est simple, c’est bien. »
Et la douceur naturelle de ton corps ?
« Je la renie ! C’est nécessaire pour être un homme fort !

De la douceur dans ma virilité ne serait que saleté
Je ne vais sûrement pas avec ça l’entacher
Mais ah ! Ma peau me gratte et me brûle
Barrez-vous pustules ! »

Toute la douceur ressentie qui a été rejetée
Se retrouve être brûlante en tous ses plis
La peau toute entière est devenue un calvaire de ressenti
Et le guerrier n’est plus qu’une bête torturée et endolorie

Il lutte mais fait très peu envie
Son corps entier se retourne contre lui
Ne tolérant que puisse être déclaré des parts ayant plus de valeur
Il n’y a rien à diviser, tous suivent le même cœur

La tête se retrouve clouée au sol
Obligée d’admettre qu’elle s’est trompée d’école
Qu’il ne saurait y avoir de partie supérieure de valeur et inférieure
Que toutes cohabitent et contribuent au meilleur

Que la virilité n’aurait aucun sens sans douceur
C’est la sensorialité qui permet de bien ajuster et diriger
Que sinon elle fracasserait d’inutiles douleur
Qu’elle violerait les cœurs

La virilité est prête à réintégrer et honorer la douceur
Cette expulsion n’était que terrible douleur
Les fausses convictions se sont apaisées
C’est le corps tout entier qui se met à nouveau à respirer.

Confrontation de la douceur, 3/04/22

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.