Posted on

by

in

Face aux trous noirs

Que faire avec quelqu’un qui s’empiffre
Qui en veut toujours plus peu importe les moyens ?
Un glouton prêt à tout sans aucunes affres
Ressemblant à un trou noir avec des mains

Il aspire, prend et ne redonne rien
Il accumule mais avec lui disparaît la vitalité
Car tout ce qui le rejoint devient prisonnier
Un accumulateur ne produisant rien

Quel comportement adopter ?
On aurait bien envie de le percer pour tout libérer
Mais cela reviendrait à également le tuer
Mais pourtant il a déjà tant aspiré qu’on est bien tenté

Une poche de gras reste vivante
Même si elle est purulente
A attaquer un trou noir on risque de devenir noir
Voir de devenir encore plus noir que ce noir

Que faire ? Il n’y a qu’au maximum s’en protéger
Car si je reste je me fais aspirer
Car si je le combats je me fais dénaturer
D’accord mais il y aura-t-il une justice qui sera appliquée ?

A accumuler toujours plus viendra un moment où il ne pourra plus le supporter
Il explosera de lui-même d’avoir tant accumulé
Ou à ne plus rien avoir à voir à aspirer
Il finira par s’éteindre seul et sans gaieté

Combien d’empires trop grands ont par cette raison éclatés ?
Combien d’hyper fortunés ont des morts prématurées ?
Aie confiance que ce qui dépasse la mesure
Finira inévitablement dans le mur

Ce qui compte c’est d’être loin du cœur de leur noir
Et si possible loin aussi en kilomètres
Afin que ce noir ne prenne pas en nous et nous pénètre
Car c’est le cœur qui mérite le plus notre force de se mouvoir

Combattre un trou noir serait vainement s’épuiser
Car notre cœur sait bien que ce qui peut véritablement libérer
C’est la joie d’être vivant et en soi en paix
Et que c’est ce qui le rend définitivement plus fort que n’importe quel trou noir voulant s’imposer.

Face aux trous noirs, 15/06/22

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.