Posted on

by

in

Fuite de l’endurance

Je ne vois que deux choses
Des problèmes ou pas de problèmes
Si pas de problèmes ce qui a à faire c’est pas grand-chose
Si des problèmes alors immédiatement je dois me lancer à sa résolution sans peine

Soit il n’y a pas, soit je fais
Pas d’autre milieu mérite d’exister
C’est ainsi que les choses doivent être réalisées
Mais quand une tâche nécessite patience ou est pour le moment hors de portée ?

Non non ça n’existe pas, mets-y donc de la volonté !
Mais tu es d’accord que des problèmes non urgents peuvent mal tomber
Ou que de grands projets mérite une attente et repos
Ne pouvant pas tout faire d’un coup de manche à pot ?

Non et non, moi je sais m’investir
Je m’arrange que les projets puissent être faits dans la foulée
Et si c’est titanesque je déclare qu’il n’y a pas de problèmes
Comme ça, « soit il n’y a pas soit je fais » reste ma rengaine

Tu vois quand même qu’est fort le risque d’épuisement ?
Ou de ne pas répondre à des nécessités demandant du temps ?
Je fais ce qui doit être fait, le reste peut aller se torcher !
Pourquoi tes problèmes tu cherches tant à instantanément les expédier ?

Ola je vois bien là où tu cherches à m’emmener
Mais dommage je n’ai pas le temps, j’ai déjà plein de projets
Tu as certes tes projets, mais tu n’as pas remarqué que ta force te manquait ?
Ouais justement si tu pouvais revenir m’aider…

Non et non, je ferai grève tant que tu ne m’auras pas répondu
Cette réponse est pour moi fortement attendue
Tu peux continuer tes petits jeux
Mais bientôt tu n’auras plus la force de porter tes propres yeux

Nan mais si c’est ça je peux me droguer ou plus manger
Je suis sûr qu’il y a d’autres solutions à portée
Nan mais tu t’es regardé ?! Tu affirmes accomplir des projets
Et la raison de tes pensées tu n’es même pas capable de m’en parler

Nan mais c’est trop dur c’est pour me protéger
Je sens que derrière « choses à faire » il y a un énorme “harcelé”
J’ai peur d’être à nouveau par ça hanté
Je cours toujours plus en avant pour essayer de m’en éloigner

Quand on est pris par l’intensité mi-brève d’un projet
On ne peut pas être par autre chose hanté
Les longs projets où il faut se reposer au contraire on peut se faire hanter
C’est pour ça je dois m’en protéger

Soit c’est mi-long soit pas vraiment ça a existé
Voilà c’est bien, je suis protégé
Ouhh il y a-t-il des « choses à faire » où pendant des mois on t’a harcelé ?
Il n’y avait que ça ! Il n’y avait que ça ! Je ne peux pas en parler !

Quand c’est trop répété qu’on le veuille ou non ça finit par s’encrer
On a beau essayer de tous les jours l’effacer
Non cette encre finit par rester
Dans un coin je l’ai bazardée je ne veux pas y toucher !

J’ai trop peur qu’elle recommence encore à me hanter
Non non je renonce à y toucher
Ça fait trop mal, ça saigne dès que répété
On n’a jamais le temps de cicatriser, constamment on est transpercé

T’as déjà essayé de guérir avec une croûte tous les jours arrachée ?
Ben ça fait encore plus mal que quand ça s’est ouvert
Car c’est le pansement fragile qui est transpercé
Et non plus la peau saine habituer à protéger la chair

C’est dégueulasse ce traitement de répéter, c’est ignoble ce que j’ai dû supporter
Si je te le disais, je répéterais encore une fois ce que l’on m’a fait
Et cet harcèlement je ne veux pas y contribuer
Donc non, s’il te plait renonce à me le demander.

Oui je comprends ta souffrance
Mais il y une différence à le dire pour harceler
Et le dire pour être écouté et soigné
Et moi ta blessure j’aimerai juste t’aider à ce qu’on la panse

Je ne peux pas t’aider si tu ne me dis pas où sont tes plaies
Je te remercie d’avoir arrêté de bouger et de m’écouter
Mais maintenant qu’on est là tous les deux j’aimerai
Que tu me dises où tu as été harcelé

Bon je commence par le plus facile à exprimer
Tous ces cons de professeur qui n’ont qu’une page de vocabulaire
Bien, assez bien, très bien, passable, mauvais, peut mieux travailler
Mais les chiffres c’est fait pour classer, ça sert à rien de mettre des mots à côté si leur substance n’est lié qu’à ce chiffre à côté

Tu pourrais écrire ceci est un quinze à côté d’un quinze
La valeur de tes mots n’en serait pas modifiée
Connards de transformer les mots en numéros ordonnés
Déchets de l’éducation à détruire…

Bon ok c’est un peu con mais je leur mets un peu gros
Il y a peut-être d’autres personnes sur qui je n’ose pas parler
Ahhhh mon père qui toujours les mêmes insultes me répétait
Et moi qui par la menace de coups n’avait pas le droit de démentir ou utiliser contre lui les mêmes mots

Ouais ça ça me paraît intéressant, c’est vrai qu’à force de répétition j’avais du mal à ne pas croire ses mots
Et puis c’était une pluie où il m’était interdit de partir m’abriter
Non je devais rester jusqu’à après être tout seul expédié
Ah bah super l’abri contraint et forcé une fois la pluie passée

Waow merci je l’ai vraiment mérité
Ah ouais je ne sais pas quel est le remède face à autant de répéter
Ça marque, ça marque, un fer chaud dans les neurones qu’on n’arrive pas à retirer
Le seul moyen est de cet endroit le condamner

Ouloulou si je l’ouvre qu’est-ce que ça fait ?
Olala j’entends déjà les insultes remonter
Qu’est-ce qu’on fait ? J’ai juste envie d’à nouveau le couper
Tu aurais un conseil à me donner ?

A ce moment-là de ta vie tu n’avais pas l’endurance pour pouvoir résister et te protéger
Et en ce moment il te manque l’endurance pour les grands projets
C’est ce qui était train de naître mais qui a été par une force trop grande écrasé qu’il faut récupérer
Et maintenant tu es quand même beaucoup plus endurant que quand tu étais harcelé

Ah d’accord, plus que les tortures et insultes à se souvenir
C’est moi qui essaie désespérément de tenir
Qui essaie de s’accrocher alors que la tempête est bien trop grande pour mon bateau
Qui le voit par la répétition craquer mais qui n’a aucun outil pour le rendre étanche à l’eau

C’est le voir éclater et boire la tasse
Puiser dans le maximum de ses forces pour ne pas couler et remonter
Essayer seul de construire un radeau avec les débris qui n’ont pas coulé
Et à peine l’esquif stabilisé devoir affronter une même tempête qui redétruit tout sur place

Tu te rends compte de l’endurance qu’il m’a fallu ?
Oui c’était une endurance mais elle n’est pas très joyeuse l’endurance de ne pas crever
C’est une sensation que je préfère au maximum éviter
Et s’il faut y passer et bien j’irai au plus vite pour enjamber ce talus

D’accord c’était donc ça qu’il y avait derrière « soit il n’y a pas soit je fais »
Je te remercie de t’être ouvert là où c’était encore fragilisé
Les gros débris ont pu être retirés
Tu vas voir tu vas pouvoir plus aisément cicatriser

Oui je me sens beaucoup plus apaisé
Il y a d’autres harcèlements qui me sont revenus
Mais celui-là était bien le plus douloureux à ma vue
Je vais pouvoir maintenant calmement me reposer.

Fuite de l’endurance 22/05/22

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.