Posted on

by

in

Avancer

Peur de rencontre

Attaquer, aller de l’avant ?
Oh non ce n’est pas ma vie
Je préfère rester à l’abri
Me cacher, éviter les devants

J’agis si je considère suffisantes les probabilités
Je ne voudrai pas trop me risquer
Où se terre la peur d’être rejeté ?
Non je ne voudrais pas déranger

Ah tu sors déjà un premier indice sur le caché
Tu recouvres ta terreur par altruisme et bonne volonté
Je n’agis pas car je devine vos pensées et vous souhaite le meilleur
Et je suis tellement inadapté que je n’agis pas pour ne pas vous causer de douleur

Ahh la terreur est masquée par altruisme et autodévalorisation
Je vous veux tellement le meilleur que je suis prêt à être serviteur
Mais je suis tellement nul que le meilleur service est ma désertion
Waow que d’amour a dû manquer mon cœur.

J’ai tellement peur qu’on me tape dessus
Que je m’offre pour éviter sa possible colère
Mais je me sens tellement illégitime et bossu
Que je me terre et j’évite qu’on me repère

Ben oui mes actions sont si mauvaises
Plus j’en fais, plus je menace leur tranquillité et mon intégrité
Car menacer la tranquillité mérité châtiment
Si je m’exprime je suis responsable c’est évident

Ah quelle torture intérieure je m’inflige
Ce n’est pas possible de me croire aussi nul
Ah bah oui quand on me dit « tu es nul » on me dit tu es tellement incapable que tu ne mérites pas d’exister
Nul c’est l’absence de matière, l’absence de moi et de personnalité

Je cherche à éviter ça car je souhaite à tout prix éviter le pire
Qu’on me dise que mon droit d’exister faudrait qu’on me le retire
Car plus on me le dit
Plus j’imagine perdre le mérite de ma vie.

Et c’est ce dont je souhaite le plus préserver
Donc si je crois qu’agir, rencontrer, demander, solliciter et m’exprimer
Risquent de tout redéclencher
Je vais toujours prendre des risques millimétrés.

Mais maintenant que je sais
Que ces actions ne sont et ne seront pas des crimes
D’autant plus avec un altruisme sous-jacent qui prime
Je peux aller à la rencontre de l’autre en étant bien plus rassuré

Et incapacité c’est une utilité subjective, elle n’est pas toujours négative
Ce qui est par l’un apprécié
Pourra être par l’autre déprécié
Non, ma valeur ce n’est pas les autres qui la rendent définitive.

Peur de rencontre, 17/02/22

                                                       

Persévérer

J’ai essayé, ça n’a pas marché
J’ai téléphoné, c’était occupé
J’ai parlé, on ne m’a pas écouté
Combien d’efforts suis-je prêt à faire pour le succès ?

Un, deux, des milliers ?
Comment bien doser ?
Combien d’efforts suis-je prêt à faire pour moi ?
Pour essayer d’accomplir un besoin fort en moi ?

Je ne sais pas, un, deux, trois et puis voilà
Mais à l’intérieur ça gronde en moi
Comment ça tu renonces déjà ?
Comment oses-tu te laisser dans cet état maladroit ?

Te reposer ? Non je sens que tu n’es pas fatigué
La flemme ? Mais qu’est-ce qu’il y aurait de plus important à faire ?
L’hésitation ? Mais tu sais que le plan mérite action
Une limite numéraire ? Tu crois que la nature a ses limitations ?

Je ne sais pas, ce genre de persévérance est difficile à mesurer
Je me dis que plus ça serait être borné
Mais d’un côté je porte encore le bébé
Mon besoin n’est toujours pas reposé

Je ne sais pas, j’essaie et ça ne marche pas
Ça aurait dû marcher pourquoi continuer ?
Ça me fait penser à la fois où l’on m’avait dit que c’était déjà gagné
Et alors malgré mille rejets j’ai insisté

Et au final on a choisi de m’offrir ce que je désirais
J’ai bien kiffé et après on m’a dit qu’en fait ce « c’était gagné » n’avait pas de vraie raison
Et que c’est juste ma profonde conviction et détermination
Qui ont fait que j’ai pu obtenir et apprécier

Mais moi je sais que jamais je n’aurai autant insisté
Si on ne m’avait pas dit « t’inquiètes c’est gagné »
Un ou deux refus et j’aurai direct abandonné
Mais je surmontai la souffrance des rejets car je savais ce qui m’attendait.

Pourquoi ne pas avec toi-même ainsi continuer ?
Certes cette fois-là en quelques mots on t’avait totalement convaincu
Mais c’est vrai qu’aucun élément n’indiquait que c’était la vérité crue
Pourquoi ne pas continuer à agir avec cette même énergie de persévérer ?

Cela s’appelle la foi, la foi en soi, de croire que ça pourra bien se passer
Et qu’un rejet n’est qu’une étape vers un objectif donné
Et pas forcément le signe qu’il faut tout abandonner
Il y a des choses auxquelles pour les obtenir il faut fortement persévérer

Ça ne serait pas plus facile d’envisager ses projets comme ce moment où l’on t’avait prédit la réalité ?
Tu découvriras une force incommensurable de continuer malgré revers et croche-pieds
Et évidemment sans pour autant étouffer la voix critique afin de ne pas devenir totalement borné
Mais laisser exister la voix incitant à persévérer tant qu’on a la force et le désir d’y aller.

Persévérer, 17/02/22

                                                       

Avancer connecté

Vivre, vraiment à soi se connecter
Voir les blocages et en souffrir
Essayer de les résoudre, les aimer
Et alors les informations commencent à sortir

Cette suggestion qui m’était faite que je n’écoutais pas
Les évidences qui s’ouvrent devant moi
Mais oui c’est bien ça !
Le chemin réellement s’ouvre devant moi

En fait il était prêt à marcher
Mais sans faire exprès c’était moi qui le bloquais
J’avais des trucs à résoudre avant
Un nécessaire travail dans mon dedans

Et l’origine du travail, je la découvre en allant de l’avant
J’essaye, j’expérimente et je vois ce qui bloque
Je ne m’attendais pas à sortir de si gros blocs
Ma carrière je la découvre à chaque pas en avant

Vivre, expérimenter en étant à soi connecté
On ne sait pas quelles invitations on va recevoir
Ni ce qui va sortir de mon miroir
Mais je suis à peu près sûr que c’est de la qualité et sacré

Si bien connecté à soi, tout fait sens
On comprend les expériences
On voit les invitations en évidences
Et avec la vie on danse.

Avancer connecté, 18/02/22

                                                       

Continuer

J’ai froid
Manque de contact
Quand ça n’a plus à voir avec moi
C’est le contexte qui ne fait plus contact

Que d’efforts à faire
Je dois aussi être père du destin
Les repères changent, je dois en créer de mes mains
On travaille le ciel et la terre

On avance même si tout n’est pas accompli
Le chemin c’est la vie
Prends ta résilience comme meilleur amie
Il faut endurer les retards qu’ont m’a mis

Continuer sans pour autant obtenir
Ca demande un courage sans faillir
C’est avancer alors que la souffrance veut nous retenir
Et s’ accrocher à soi-même en dépit du pire

S’accrocher à soi-même plus fort que la souffrance s’accroche à nous
Moyen de résister, d’atteindre le bout
Plus la réalité m’arrache à tomber par terre
Plus je me connecte à ma rivière.

Continuer, 18/02/22

                                                       

Cellules de David

Mes cellules de David poussent
Elles me font mal aux dents
Celles qui me permettent de persévérer en avant
De continuer à poser mes pas dans le vide.

Les cellules faisant face à Goliath
Goliath étant la réalité résistante
Qui à côté de nous peut paraître géante
Mais tout va bien si on reste sur nos pattes

La réalité a beau paraître menaçante
On est équipé pour la rencontrer
Et donc pierre par pierre les blocages sont défaits
Le chemin où l’on découvre aussi de belles passantes

Mes dents poussent, peut-être celles de sagesse
Peut-être celles fortes pour les coups de pouce
David c’est force longanime et souplesse
Me permettant de découvre des graines de ma gousse.

Cellules de David, 19/02/22

                                                       

Terreur de demander

Je peux demander
Sans craindre de me faire tuer
Quelle révélation magique
Je sors enfin du tragique

Demander c’était se faire remarquer
C’était ouvrir une brèche à être blessé
Et maintenant c’est une ouverture à communiquer
Que l’autre peut accepter ou refuser

Et j’ai tellement appris à être précautionneux
Que je gère bien la politesse, je croyais être un affreux
Et que je sais me faufiler ou me barrer ailleurs
Si l’on venait à sortir le sécateur

Mais dans la réalité ces deux situations sont très rares
Juste que tu as été un peu habitué au curare
Normal de ne pas demander de nourriture
Si tu croyais que ça ne pouvait être que ce genre de piqûres

Ben oui je peux demander service
Sans qu’arrive direct les sévices
En vrai la plupart des demandes
Ne se terminent pas par des réprimandes

Ce n’est qu’une petite partie des situations
Et si tu es capable de comprendre leurs limitations
Et de ne pas les dépasser sans attention
Ils ne devraient pas éclater sur toi leurs gonds

Demander avec respect d’ouvrir une porte
N’impliquent pas de s’y faire coincer les menottes
Oui demander c’est aussi s’ouvrir au refus
Voir proposer un angle pour qu’on me tape dessus

Mais rester ainsi à ne rien demander
C’est resté à soi-même prisonnier
Il devient très difficile d’échanger
Et puis, t’es beaucoup plus capable d’encaisser

C’est ça aussi qu’il y a à réactualiser
Refus violent ou non d’une demande n’est plus petite mort
Maintenant je demande mais je suis tellement développé
Que je peux m’en passer ou attendre encore

Je demande, mais n’est plus en jeu ma vie ou mort
Je suis puissant et assume mes besoins et demandes
Même si ça blesse tu restes fort
Ça peut blesser comme avant mais là j’ai tellement plus de commandes

Mon potentiel de réaction et de gestion est rayonnant
J’ai tellement d’opportunités pour gérer les réponses des gens
Sachant qu’avec mes qualités il y a plus de chance que la réponse soit ouverture
Bon bah on peut aller demander, allez, en voiture !

Terreur de demander, 18/02/22

                                                       

Repos

Oh non une tristesse ou fatigue s’est installée
Un truc produit ou qui est remonté
Ça y est je l’ai traversée ou m’en suis protégé
Mais les effets continuent de perdurer

Pourquoi j’ai encore mal à la tête ?
Pourquoi ma voix est encore un peu fluette ?
Allez quoi j’ai fait évoluer la situation
Pourquoi je subis encore…

C’est simple, je suis triste d’avoir été triste ou fatigué
Et cette tristesse est une invitation au repos et à l’attention
C’est ok tu as tout géré, mais vient un peu te reposer
Prends un temps pour gérer avec toi la relation

Allez au moins quelques minutes pour te prendre dans les bras
Pour te reposer, prendre soin de toi, il manque la dernière étape
Celle du baiser après être retombé sur ses pattes
Et pouvoir en toute entièreté se remettre à faire des pas.

Repos, 19/02/22

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.