Posted on

by

in

,

Déconstruire le patriarcat

                                                       

Déconstruire le patriarcat et préparer un nouveau système

(Rencontre avec l’énergie masculine et l’énergie féminine tout deux sous l’emprise du patriarcat)

Je suis l’étau de fer
Je suis la main plate géante
Je suis les yeux de sang
Je suis le contrôle exacerbé
Je suis les tenailles de fer
Je suis la mâchoire de loup autour du cou
Je suis le juge des faibles
Je suis le marteau tu es le clou
Je suis la main maintenant les têtes
Quelle jouissance de contrôler
De sentir qu’en un simple désir ça peut briser
Le droit de vie et de mort est une grisante puissance
Cela veut donc dire que je suis surhumain voire divin
Oh oui la soumission par la peur de violence
C’est une nourriture qui remplit mes ardeurs
T’as bien raison d’avoir peur
Mon énergie de contrôle est à trembler de peur
Et ce qui est bien quand on est en haut
C’est qu’on décide soi-même quelles sont les valeurs
Qui oserait défier le pouvoir sans craindre maintes douleurs ?
Ah laisser un mince fil de vie est jouissif en toute heure
Savoir qu’on peut le briser à notre guise donne l’impression d’aspirer toutes lueurs
Tout ça pour ne pas voir que son contrôle sexuel total n’est qu’illusion
Mais va te faire foutre je vais te buter
T’es qu’une merde je vais te buter
La guerre frontale jamais tu vas la gagner
C’est peine perdue face à la force que je peux déployer
A la limite tu pourrais m’intégrer
Mais je n’ai pas envie de m’arrêter de mépriser
En tout cas à vouloir m’éliminer
Tu risques d’avoir des surprises sur qui va être tué.
En fait c’est simple, j’ai fait ça par peur d’être vaincu et dominé
Son pouvoir fait peur mieux vaut l’empêcher
Si je perds mes moyens face à elle
Ce doit être elle la responsable
Comment ça ma force pourrait me contrôler ?
Ça ne va pas, il faut la faire payer d’y contribuer
Et puis l’empêcher de s’amplifier
Il faut limiter sa liberté
Faut couper la mèche de ce qui pourrait me faire exploser
Si elle avait le droit et le pouvoir en plus de cette capacité
Je serais vraiment en danger
Et puis même dans le désir ça ne va pas
Attends t’as vu la puissance du dedans ?
Son désir pour moi peut prendre des formes titanesques
C’est trop je ne peux pas gérer, je me sens en danger
Je me sens minuscule, une force trop grande a été réveillée
Un trou noir qui menace de m’aspirer
Non, ça aussi c’est un grand danger
A côté, ma puissance et moi sont bien trop diminués
C’est pas possible de satisfaire ça, je dois l’arrêter
Faut lui mettre des limites, c’est pour ma propre survie
Mon contrôle et ma violence c’est pour me préserver de ces deux dangers
Celui de ma responsabilité de perdre mes moyens en étant beaucoup trop excité
Et celui de me sentir rien à côté de son désir vorace et insatiable qui pourrait me mettre en danger

Je ne vois pas ce qu’on peut me reprocher
J’ai pris des mesures préventives pour me protéger
Vous me dîtes que ce n’est pas bien
Mais ces deux dangers vous les avez déjà vécus pleinement de vos mains ?
Et puis même ça resterait une forme atténuée car mon contrôle existait
Vous faites les malins à vouloir libérer les chaines
Mais serez-vous capable de gérer ces puissances sans peine ?
Et puis qui dit qu’elle n’utilisera pas cette force pour à mon tour m’enchaîner ?
Vous êtes bien trop naïfs, sans mon contrôle vous ne seriez pas protégés

Et toi, tu as déjà essayé d’avec elle discuter ?
Je n’ai pas trop envie de me faire amadouer ou ensorceler
Avec tout le contrôle que tu as tu peux bien un peu l’écouter


(Il l’écoute)


Alors il y a deux choses en moi :
RAHHHH je vais te tuer ! Je t’éliminerai pour m’avoir fait prisonnier, tout ce que tu as je le détruirai ! Ma vengeance sera à la hauteur de mes souffrances, je te castrerai, je te ferai chanter, ta force sera contre toi retourné, tout en toi sera détruit, et tu y contribueras pauvre abruti !
Et il y a :
Ahh c’est pas trop tôt, j’aimerai bien avoir la place d’exprimer ma douceur et sensibilité, c’était sympa quand on jouissait tous les deux. Navrée que ma puissance t’ait terrifié, ce n’était pas ma volonté. Moi aussi je peux me faire emporter par les évènements, tu sais bien que plus grande est la puissance, plus on peut être chancelant. Maintenant qu’on a plus d’outils pour gérer et que tu as bien voulu m’écouter, j’aimerai bien qu’on puisse à nouveau se rencontrer.

Olala merde qu’est-ce que j’ai fait ? Comment ne pourrais-je pas avoir envie de libérer cet appel d’amour et de sensibilité ? C’est vrai que c’était de grands plaisirs et qualités, mais c’était plus que je ne pouvais gérer. Peut-être maintenant ça pourrait changer.
Mais oulah… Il y a une bête qui en premier m’a parlé et elle n’avait pas l’air de m’apprécier. Et on dirait qu’il n’y a pas moyen d’une seule en libérer. Merde, vu la violence, je ne suis pas sûr d’y survivre, surtout si elle exploite les puissances de la deuxième pour cela.
Bon je fais comment ? Si je les libère je me fais totalement évincer voire tuer, si je ne la libère pas, il manque au monde une grande part de sensibilité.
Il n’y a pas quelqu’un qui pourrait m’aider ? J’ai pas l’impression que la première est prête à négocier, et la deuxième n’a pas l’air au courant de l’existence de la première, étant resté dans sa pureté.
Bordel je ne vois pas de solution. Si j’essaie d’ouvrir petit à petit, tout va sortir et je serai dépassé et si j’ouvre je me ferai exterminer.
Oui mais tu es puissant aussi ? Tu ne pourrais pas faire face un temps à cette énergie ? Ah ça non, si j’ai fait ça c’est que je sais que quoi que je fasse je serais dépassé.

Je ne vois que la deuxième qui pourrait m’aider. Faudrait que sa puissance ne soit pas utilisée par la première. Mais bon moi je suis beaucoup plus éloigné d’elle, je n’ai pas l’air d’avoir la priorité.


(La première) Priorité sur elle ? PSHHHHH ! Tu voudrais encore la contrôler et la dominer ? Mais si je sors je t’étranglerais !


Attends, mais à la base tu n’existais pas toi ? Ce n’est qu’après avoir commencé à exercer mon contrôle que tu t’es développée. Tu ne serais pas une forme féminine du système que j’ai développé ?

 

Bah oui ! Faut bien survivre dans l’enfer que tu nous as créé ! Fallait bien s’adapter, devenir malgré nous un peu comme vous. Fallait bien avoir un minimum de pouvoir pour survivre. Fallait s’adapter aux règles que vous nous avez fait vivre ! Donc oui je suis une forme bâtarde de ta méchanceté et bien décidé à te le faire payer ! Et j’ai avec moi les forces que tu as emprisonnées !


Nan mais je propose justement d’abolir ce système, mais là c’est toi qui est en train de m’en empêcher.

Mais tu te fous de ma gueule ?! Maintenant ça serait moi la fautive et la responsable du problème ? Tu n’as véritablement aucune conscience du mal qui m’a été fait. On m’a torturé, on m’a emprisonné, on m’a démonisé, on m’a excisé, on m’a brûlé, on m’a enterré et toi, là sur ton beau cheval tu te rends compte que ça ne peut plus durer et tu voudrais me demander de tourner la page ? Mais je le brûlerai ton cheval, avec toi dessus !
Comment peux-tu être aussi insensible et désintéressé de ma souffrance ? C’est quand même ton système qui l’a généré. C’est trop facile de vouloir passer à autre chose, c’est quand même moi qui ai le plus payé !
Où sont les pardons et monuments des contrôles et violences faites aux femmes ? Il n’y a rien. Il n’y a que tes trucs militaires et de pouvoir. Tu vas voir, je vais t’en donner de la guerre !


Tu as raison. On ne prend pas assez conscience de ce que le système a généré sur la féminité. On entend qu’elles ont été contrôlées, que ça serait bien de changer, et tout de suite on veut à nouveau aux fruits goûter. Mais il y a le devoir de mémoire, de réparation et d’honorer à avant réaliser. En fait je te comprends, tu restes là pour ça, la conscience doit être réalisée, et si elle n’est pas faite dans le pardon, elle le sera par toi dans la démolition. Ça m’a l’air un travail de longue haleine, proportionnel à la violence du système et sa durée, mais j’ai bien envie. L’entendre m’a donné le souvenir du goût qu’avait notre union.
Je t’attends. Je vois que tu as compris ce qu’attendait maintenant ma gardienne.

Déconstruire le patriarcat et préparer un nouveau système, 17/03/22

                                                       

Double feux – Déconstruire le patriarcat

Je suis pris entre deux feux
D’un côté la tenaille qui préfère tuer que lâcher
De l’autre la tenaillée qui préfère tuer que renoncer
Comment m’en sortir face à ce jeu ?

La fuite n’est pas une issue
Affrontement il y aura
Je peux choisir ma mue
Au millimètre doit être réglé chaque pas

Le plus énervé c’est la tenaille
Toucher à sa puissance
Amène direct grande violence
Poum ! Il tire le premier sans semonce

Apeuré, j’ai pu l’esquiver
Ah bah si il a osé tirer
Poum ! Le second part
Je tremble, si vite ça part

Ouf, ses cartouches sont épuisées
Il reste menaçant mais a perdu de son danger
On va pouvoir s’expliquer
Et voilà que la tenaillée sort son bras armé

Je suis mis en joue, quoi je vais devoir aussi à ça résister ?
Mais ça ne fait pas sens… Poum ! Le coup est tiré
Mais c’est quoi ce bordel ? Je suis au bord de la tétanie
Et il reste encore un coup de leur folie

Comment je fais pour échapper à ces sorts ?
Poum ! Le dernier est parti
Toujours peur de la mort
Mais je ne suis pas touché c’est fini

Bon vous voulez bien m’expliquer ces attaques insensées ?
On ne touche pas à l’ordre installé tu mets tout en danger
Eliminer est la suite normale des choses
D’accord, toujours ton apprentissage par les ecchymoses.

Mais toi, la tenaillée ? Tu peux m’expliquer ?
Je pensais que tu voulais comme moi te libérer ?
Je n’ai pas aimé comment tu as touchés les fleurs
Je l’aurai fait différemment toute à l’heure

Quoi ?! Mais ça n’a aucun sens !
Pour un sens de fleurs me tuer ?
Et tu dis ça avec un visage figé de pureté
Mais c’est quoi ce truc de démence ?

Dans la libération et déconstruction
On est pris entre deux feux en action
Entre la tenaille ne souhaitant rien lâcher
Et la tenaillée devenue dénaturée d’avoir été brisée.

Double feux – Déconstruire patriarcat, 17/03/22

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.