Posted on

by

in

Désir à fond

Soin des instincts

Oh moi mes instincts je n’ai pas besoin de m’en occuper
Dis l’homme bien et civilisé
Et vient un stimulus qui chatouille les instincts
Et sa conscience disparait, devenu de lui-même un pantin

Ouais mais si y’a pas de stimuli, je n’ai pas de problème
Tu crois vraiment pouvoir t’en sortir ainsi ?
Et avec internet, des images, des vidéos t’en a chaque jour des centaines
Publicités, marketing, arnaques qui sont prêts à tout pour ton oui

Si tu ne prends pas soin de tes instincts la partie est perdue d’avance
C’est laisser des branches de soi dépasser de soi sans élagage
Non entretenues, biscornues, en formation d’errance
Ouvertes au moindre crochet qu’on lui lancerait pour l’abordage

C’est se promener avec des petites cibles invitant l’autre à attaquer
Et la branche non soignée, ça sera contre toi qu’elle sera retournée
Entre aucun soin et un soin malsain c’est la deuxième option qui sera privilégiée
Et tu ne pourras pas dire que la branche t’a trahi car c’est toi qui l’as négligée

Si tu laisses tes poissons affamés
Normal qu’ils ne regardent pas s’il y a un hameçon
Pourquoi ne les as-tu pas nourris ?
Ben avant qu’ils se prennent l’hameçon tout était tranquille à la maison

Et toi t’attends d’être mort de faim pour manger ?
Nan mais tu pourrais prévoir un peu de de denrées ?
Je voudrais bien mais leurs besoins ne sont pas réguliers
Comment tu nourris quand des jours ils peuvent ne rien manger

Et d’autres avec une faim que je peux à peine supporter ?
Et si tu l’écoutais ? Tu sais bien quand il se met à te titiller
Et puis tu peux prévoir un minimum de régularité singulière
Ils ne sont pas contre une petite quantité de repas régulière

Et puis tu sembles oublier que nourrir tes instincts
C’est d’une certaine manière te nourrir toi-même
Des branches en bonne santé résistent aux larcins
Des poissons sains contribuent à une eau saine

A bien s’occuper d’eux et prendre soin,
Ils te le rendront bien
Les cadeaux donnés
Sont magnifiés et redonnés.

Soin des instincts, 27/02/22

                                                       

Désir possédant

Oh quelqu’un me plait
Oui elle coche beaucoup dès le premier abord
Vite je dois m’accrocher !
Allez hissez les cordes par-dessus bord !

Je rencontre avec quelqu’un des affinités
Et tout de suite vient le réflexe de posséder
Comme si j’avais peur qu’elle puisse s’envoler
Allez rejoins mon domicile de conte de fées

Tranquille, laisse le moment se développer
Respire, tu peux exprimer ton intérêt
Sans pour autant te précipiter
Sans pour autant demander de s’engager

C’est le risque de la voir s’envoler
Qui te fait ainsi dresser des chaînes
Mais comment pourrais-tu avec elle voler
Si ta peur te fais dresser papiers et vieilles rengaines ?

Mais non ce n’est pas ça
C’est que j’apprécie tellement sa compagnie
Que j’aimerai que se prolonge cette vie
Et puis c’est rares des rencontres comme ça

Je ne te dis pas de renoncer au lien
Juste de lui laisser un peu d’air sain
Que me racontes-tu coquin ?
Je ne lâcherai pas ce potentiel gain !

Mais tu es entêté ! Tu confonds renoncer avec laisser respirer
Il y a quand même des différences entre ces deux réalités
Laisser de l’air ça serait laisser l’opportunité à un concurrent de s’installer
Ça ce n’est pas un truc que je peux désirer

Mais vas-tu arrêter de vouloir posséder ?!
C’est pas une putain de vache à lait
Vas-tu sortir de ton enfermement rustre
Et allumer en haut tout les lustres ?

Posséder : sécurité, pas posséder : pas sécurité
Mais c’est pas vraiment moi qui parle
Y’a un instinct qui a pris possession de mes pensées
Un truc simple, basique où le désir calmement hurle

Une ligne droite à suivre, tout pour qu’on y arrive
En effet je dois secouer là-haut pour que revienne mes idéaux
Le désir s’est approché mais il est venu accompagné de puissants mots
Accueillir l’énergie mais exercer libre-arbitre sur sa manière de joindre les rives.

Désir possédant, 01/03/22

                                                       

Capitaine & désir

Pousse, pousse le désir
Plus tu le repousses et plus il te pousse
Jusqu’à te faire avancer vers la ligne de mire
Et du capitaine, redevenir peu à peu mousse

A trop le repousser, il passe de moteur et conseiller à co-pilote
Et si c’est bien géré ça peut très bien fonctionner
Mais le capitaine initial a intérêt à bien gérer
User de prudence, dévier des rochers et rester dans ses bottes

Le hors-bord est tout seul lancé, il suffit de bien l’accompagner
Et on aura parcouru des distances dignes d’une épopée
Pour peu que les petits ajustements soient habilement réalisés
Et ils sont loin d’être subsidiaires à la traversée

Le moindre angle mal paramétré
Et on peut se retrouver dans de grands dangers
Ou des destinations inadaptées
Bien que copilote malgré lui, il doit être au taquet.

Capitaine & désir, 07/03

                                                       

Ecroulement

C’est quoi ?
C’est quoi l’objet de ma souffrance ?
C’est quoi le blocage qui m’empêche de l’atteindre ?
C’est quoi l’écran noir qui m’empêche de peindre ?

Ne pas réussir à trouver l’origine
Ou ne pas réussir à la rencontrer
Ca ne serait pas les souffrances de déprime ?
Celles qui nous font nous écrouler

Ecroulés, roués par la souffrance
Roulés dans l’errance
On aimerait bien être droit
Mais non on est mou et sur le chemin de croix

Peut-être que s’écrouler c’est au final nous aider
Aussi bas, on est invité à différemment regarder
Peut-être que s’est s’approcher de ce qu’il manque
Si on n’arrive pas à le faire venir à nous, c’est nous qui rejoignons le manque

Et alors si on est suffisamment motivé ou aidé
On va pouvoir l’écouter sans qu’il se mette à nous aspirer
Dangereux passage celui d’aspirer son essence sans perdre la notre
Les profondeurs pouvant faire perdre bien des apôtres

Mais c’est récupérant la clé qu’on peut véritablement remonter
En retrouvant l’origine et rencontrer ce qui nous a écroulé
Et alors on pourra se redresser
On aura compris ce qui si fort nous tirait.

Ecroulement, 07/03/22

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.