Posted on

by

in

Mental et silence

Qui a raison ?

Mais j’ai raison, c’est à lui de se bouger

Je ne vais pas faire l’effort de me déplacer

Où est la limite entre se laisser marcher dessus

Et se mettre en danger pour un petit truc qui ne m’a pas plu ?

 

Car si on ne respecte pas les règles et limitations

On met en danger la libre circulation

Mais si on est totalement borné

On risque de perdre la réalité ou se faire bousculer

 

Où est donc le juste milieu ?

Tout d’abord, comment réagir face aux ignorants et rebelles ?

Je dirais s’adapter afin d’éviter le dangereux

Et si possible faire que leur propre comportement les interpelle

 

Il serait dommage de perdre une vie

Pour une simple question d’avis

Une petite souplesse et un effort

Et je m’éloigne de leur présence et danger de mort

 

Et moi les règles j’en fais quoi ?

Prendre conscience de leur importance hiérarchisée

Que la réalité est plus forte que les règles édictées

Et qu’elles ne sont pas toutes justes parfois.

 

Qui a raison ?, 24/01/22

Mental en perdition

 

Au secours, prise d’otage en cours !

Je me fais harceler

Par celui censé m’aider

Mental arrête de me jouer des mauvais tours

 

Je me fais attaquer

Par celui qui devrait m’appuyer

Arrête donc ce cirque

Je ne suis pas un lion domestique

 

Le dresseur a abandonné son pouvoir

Et il est maintenant dressé par sa création

Jusqu’à oublier qu’il est suprême affirmation

Mais réveille-toi, tu es décideur et non miroir !

 

La création a beau te menacer

Si tu meurs elle ne saurait exister

Reprend ta responsabilité de meneur

Et tu t’enlèveras d’inutiles douleurs

 

La bête n’est en soi pas féroce

Mais c’est la laisser ronger n’importe quel os

La laisser occuper notre trône

Qui fait que déraillent nos neurones

 

Elle a beau être très puissante

Il faut pouvoir sagement la diriger

Lui montrer les causes méritant son attention

Elle aussi a le besoin de bienveillante affection

 

C’est en la laissant seule aux commandes

En confondant dresseur et invention

Qu’on se retrouve être la télécommande

De notre propre invention.

 

Mental en perdition, 26/01/22

 

Pensées mais action différée

J’ai du mal à me détendre

Je suis sur le qui-vive

Ben oui je dois attendre

Des gens m’ont dit «bientôt ça arrive »

 

Ah oui celui-là où je devrais répondre ça

Celui-ci où je lui dirais ceci

Et puis celui-là ça sera ça ou ça

Ah ma tête devient cacophonie !

 

Oui c’est important d’y penser un peu

Mais une fois la solution trouvée

Pas besoin de continuellement ressasser

Sinon je vais devenir gâteux

 

Ok j’ai trouvé la solution

Mais je dois attendre leur réponse

Je ne peux pas tirer ma corde en action

Et mon idée m’enserre comme une ronce

 

Si je lâche mon idée, j’imagine qu’elle sera perdue

Mais si je la tiens trop longtemps

C’est ma quiétude que je perds de vue

Et je ne peux pas agir car ce n’est pas le moment

 

Comment me dépêtrer de cet horrible tourment ?

Attendre le moment est bien mais ça peut durer un bon moment

Ah j’ai trouvé ce qui va rendre la situation résolue :

Dire merci à l’idée de m’être apparue

 

Pour le moment je ne peux te déposer dans mes mains

Pourras-tu te manifester quand le moment sera opportun ?

Et si tu te sens trop volatile

Je t’écrirais pour que se maintienne un fil

 

Mes enfants ne me tourmentent plus

Ils savent quand leur moment sera venu

Ils restent sages et contents

Ils attendent en arrière-plan

 

Et si au final le moment attendu est repoussé

Ces idées vont encore plus se reculer

N’ayant pas peur de disparaitre

Car n’est plus la situation qui les a fait naître

 

Elles ont confiance qu’une autre génération

Sera d’une équivalente voire meilleure capacité de gestion

Et que si cela reste difficile et pareil

On pourra toujours creuser pour écouter leurs conseils.

 

Pensées mais action différée, 27/01/22

 

Non-réponse

La non-réponse, c’est touchant

C’est douloureux, je deviens souffreteux

Ce n’est pas ce que désirait mon cœur aimant

Pourtant c’est la réalité visible de tous les yeux

 

L’espoir progressivement se rapetisse

Mais sans savoir s’il doit partir

Car l’incertitude continue de sévir

Ah quelle torture intérieure qui crisse.

 

Alors je lâche ou je ne lâche pas ?

Ahh est-ce qu’il est avarié mon bout de gras ?

Je n’en sais rien il est muet

Ça me donne envie de crier !

 

Peut-être pour manifester mon besoin d’être entendu

Augmenter volume et râles crus

Mais c’est bien d’une autre écoute qu’il me manque

L’intérieure compréhension des cœurs.

 

Ma tolérance d’attente est dépassée

Je crains qu’un câble puisse péter

Alors on fait quoi pour se sauver ?

Tout d’abord un message afin de manifester et rappeler.

 

Puis décider l’interaction interrompue jusqu’à réponse

Ce n’est pas ma partie du pont qui fait défaut

Et si ça continue, exploiter mon pont pour d’autres travaux

Le faire d’attendre trop longtemps dans le vide risque de l’engluer de ronces.

 

Et si jamais l’autre se décide à un moment de ramener son pont

Ça sera à moi de décider de mon action

Si je souhaite à nouveau tenter un partenariat

Avec cette personne qui auparavant a fait un faux-pas.

 

Non-réponse, 27/01/22

 

Répondre au silence

Je tends plein de mains

Car on me fait la demande et qu’il y a besoin

Et voilà que pénètre un silence de mort

Le lien se coupe apparemment sans remord

 

Je reste avec mes mains tendues dans le vide

Je souffre et peu à peu je me vide

Mais pourquoi ne les ramènes-tu pas en toi ?

Je ne peux pas. Pourquoi ?

 

Déjà ça impliquerait de prendre le silence comme un refus

Et donc renoncer à tout espoir même ténu

Comment faire si je me retire

Et qu’ils étaient prêts à enfin me dire ?

 

Et puis c’est agressif de retirer une main

Comment puis-je le faire alors qu’avant je disais « Tiens !»

Ça deviendrait moi le générateur de rupture

Alors que je voulais rompre les murs

 

Mais l’état dans lequel tu es n’est pas tolérable

Tu te retrouves au fond du fond

Avec tous ces gens incapables de dire oui ou non

C’est toi qui crèves car tu ne lèves pas tes propositions !

 

A avoir des mains si longtemps dans le vide

C’est tout ton corps qui risque d’y tomber

Va bien falloir se réveiller

Car sinon t’auras plus rien dans le bide !

 

Une trop longue absence de réponse s’interprète comme un refus

D’autant plus s’il y a eu rappel et que ça a été vu.

Pas ma faute s’ils sont incapables d’apprécier ma main tendue

Ils n’ont pas les yeux pour voir la qualité sous-entendue.

 

La non-capacité vient bien d’eux

Alors retire donc tes billes du jeu

Ou tu risques de les égarer

Car c’est dans le vide qu’elles vont rouler

 

Et puis ce n’est pas agressif de vouloir protéger ses billes

Car le silence a dressé une énorme grille

Tu te protèges simplement

Face à leur manège terrifiant.

 

En quoi celui qui reprendrait ses billes pour les protéger

Pourrait-être qualifié d’agressif ?

Il ne fait que se protéger de ces silencieux récifs

Il sait que s’en occuper est de sa responsabilité,

 

Que lorsqu’il propose de jouer

Il ne peut pas savoir si l’offre sera déclinée

Mais que si on ne souhaite lui répondre

Il ne va pas passer une éternité à attendre

 

Il a d’autres offres ou projets où il pourra s’amuser

S’ils ne veulent pas c’est leur perte

Ils ne savent pas ce qu’ils vont rater

Mais moi je sais et apprécie ma présence et qualité.

 

Répondre au silence, 28/01/22

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.