Posted on

by

in

Se protéger face à la folie/monstruosité

Face à la folie

Etre avec quelqu’un nous harcelant au quotidien
Qui chaque jour attaque notre pain
Qui nous arrache la peau des mains
Avec qui l’on n’arrive pas à rompre tout lien

Que c’est dangereux pour notre santé mentale
Il n’y a que les fous qui créent des fous
Il y a foule de souffrances dans notre espace vital
A un moment on est à la rupture de ne plus être nous

A la folie, seules la fermeté et la distance sont nos amies
Tout le reste ils en feront nos propres ennemis
Ne raisonne pas avec, c’est ta raison qui te quittera
N’écoute et ne croit rien de ses paroles, c’est ta perception qui en pâtira

Vraiment, à partir du moment où la folie est constatée
Dis-lui de la fermer et ramasse tout tes papiers
Cours ! Protège-toi sinon disparaîtront tes propres contours !
Tu deviendras sinon un fou sacrifié au service d’un fou vautour

Mais fuis ! Que fais-tu à tolérer ou expliquer ?
Ne vois-tu pas que tu vas te faire manger ?
Le dragon a sorti ses griffes d’acier
Que fais-tu à encore vouloir lui parler ?

Arrête avec ta sympathie, tes espoirs, tes désirs, fuit !
Chaque interaction et ce sont les griffes qui se resserrent
Veux-tu finir broyé pour son dessert ?
Il y a danger de mort mon ami !

Que tu la tues et qu’elle te tue c’est elle qui t’aura détruit
C’est elle qui aura réussi à faire pénétrer en toi la folie

Essaierais-tu de parlementer avec un nuage toxique ?
Essaierais-tu de comprendre pourquoi se dirige vers toi une bombe atomique ?
Tu cours au meilleur abri, tu sauves ta vie
Et après tu regardes quoi faire pour renforcer tes habits.

On peut se demander pourquoi on a dû attendre que le nuage nous brûle pour réagir
Ou pourquoi on a laissé ce bombardier si proche venir
Il y a des défenses qui étaient trop p(o/eu)reuses
Il y a à renforcer la protection de ces menaces dangereuses

Et tout le challenge est de ne pas non plus se couper de tout air
Ou de tout éliminer même les canadairs
Mais bien de laisser le sain nous toucher
Et le fou fermement le repousser.

Face à la folie ,10/04/22

                                                       

Face à la monstruosité

A combattre le monstre j’ai presque failli devenir monstre
A ignorer le monstre j’ai presque failli devenir monstre
Certains sont si mauvais que le moindre contact nous contamine
Et que la seule victoire est la distance que l’on détermine

Un mur dressé pour ne pas le toucher
Un projecteur pour éclairer sa toxicité
Et des piques pour le repousser s’il s’approche
C’est vraiment un être très moche

Rien ne pourrait le transformer
On ne peut que se distancier de cette masse gluante et corrosive
Inutiles projectiles et ogives
Il ravale tout dans la jouissance pour ensuite plus fort les relancer

Le mur posé il ne peut le retourner
Il va bien essayer de le contourner
Mais quelques piques le calmeront
C’est dommage mais c’est la nécessaire et unique action

Et une fois le mur posé il est assez rusé pour t’accuser
Pour se plaindre que c’est son territoire qui est empiété
Alors qu’il est au seuil de ta maisonnée
Et qu’il menace de t’avaler tout entier

Il faudra être vigilant au choix du moment pour le poser
A comment le poser et l’installer
Afin qu’on ne puisse rien nous reprocher
Un mur bien lisse afin d’éviter qu’il puisse l’ébouler ou s’y accrocher

Et c’est aussi douloureux de voir les personnes qu’il a ingéré
Qu’elles font partie de lui bien que torturées
Et que si besoin elles aussi il faudra les repousser
Car tout ce qui est fidèle à lui mérite d’être éloigné.

Il n’y a pas de gloire resplendissante
Il n’y a pas de succès en déferlantes
La seule gloire et succès est d’avoir survécu
Car face à ces monstres-là, beaucoup ne sont pas revenus.

Face à la monstruosité, 11/04/22

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.